La maladie de Lyme : ne rien négliger

24.11.2016 / Angela DAVID / Pour aller plus loin dans la réflexion

Médiatisée et pourtant assez méconnue cette maladie infectieuse est un risque pour toute personne qui va sur le terrain, circule dans les champs, les bois…
L’enseignement agricole est donc largement concerné !

 

Un risque à ne pas prendre à la légère
L’Etat a dévoilé un plan d’action national contre la maladie de Lyme le 29 septembre 2016, la presse s’est fait le relais de chiffres inquiétants (35 000 nouveaux cas par an en France), des incertitudes, des questions et des controverses concernant cette pathologie. L’association Malades France Lyme estime à 650 000 malades chroniques et interpelle entre autres l’Education nationale sur le champ de la prévention … Ces faits sont autant de raisons pour réfléchir à des actions pour inscrire la maladie de Lyme dans les préoccupations de santé sécurité au travail et d’éducation à la santé.

 
Une pathologie émergente difficile à diagnostiquer
Il s'agit d'une maladie bactérienne transmise à l'homme par une piqûre de tique infectée du genre Ixodes. On considère que cinq espèces de bactéries pathogènes appartenant au groupe Borrelia burgdorferi sont responsables dans nos pays, de cette maladie aussi appelée borréliose. Sans traitement apparaissent des troubles divers : dermatologiques, arthritiques, cardiaques, neurologiques et parfois oculaires, rendant difficile le diagnostic clinique. Actuellement les tests sérologiques n’ont pas une fiabilité suffisante pour aider au diagnostic.

 
Un message de prévention ciblé
Le nombre d’activités faites en plein air par les élèves dans le cadre scolaire (sorties –TP réalisés dans la nature – activités sportives – stage) pendant la période où le risque de piqûre est important (mars à octobre environ),  justifie largement un message précis et un apprentissage de sécurité au travail. La M.S.A. est pour l’enseignement agricole la référence naturelle en matière de prévention sur ce sujet (documents MSA ci-dessous)  
Dans le cas de la borréliose, il importe d’accompagner les élèves pour qu’ils :

  • prennent conscience des risques que constitue le contact avec une tique infectée et, des situations à risque scolaires et professionnelles.
  • connaissent les troubles pathologiques déclenchés par cette infection ; notamment ceux de la première phase qui doivent déclencher une consultation sans délai du médecin traitant.  
  • pratiquent des gestes préventifs efficaces et appropriés ; notamment l’observation des zones corporelles exposées et l’arrachage rapide et correct des tiques en notant la date et, en  surveillant l’apparition d’éventuels troubles.
  • fournissent des informations exactes et datées au médecin pour limiter les pertes de chance.  En effet l’interrogatoire clinique est essentiel : lieu, date de la piqûre,  premiers troubles caractéristiques : érythème migrant et symptômes voisins de ceux de la grippe.

 
Un support d’apprentissage intéressant !
Entre infection bactérienne, tests sérologiques (principe et fiabilité), zoonose, classification des tiques (qui sont un exemple d’acariens parmi les 30 000 que nous connaissons), biologie des tiques, éducation à la santé, santé au travail, message de prévention …études pluridisciplinaires et étude d’une controverse… travailler avec les élèves sur la maladie de Lyme offre la possibilité d’apprentissages concrets et contextualisés tout en les sensibilisant à une posture de responsabilité quant à leur santé au travail et en situation de loisirs.  
Parmi les nombreuses informations disponibles  sur le net : celles du site de la M.S.A. (ssa.msa.fr) et de l’association  FranceLyme (francelyme.fr).
 
Le sujet sera évoqué lors de la formation « TP d’écologie les vivre pour mieux les enseigner ».
Celle-ci est organisée sur le site des Ponts de Cé (49). En savoir plus
Dans le catalogue 2017-2018 nous proposerons une session sur les controverses et les questions socialement vives, une bonne occasion de reparler de la maladie de Lyme qui de ce point de vue est un modèle intéressant.